24 août, 2009

Peuple à genoux

Quand je vois aujourd'hui de brave Québéçois être à genoux devant les anglais d'Ottawa je ne devrais pas être surpris. Désolé, je le suis toujours, mais je ne suis pas surpris.

Plusieurs années de travail idéologique à grand coup de masse dans le cerveau, les francophones ont finis par croire que les anglais étaient des amis bienveillants. Tellement de bons amis c'est anglais, qu'on a fini par leur fabriquer des statues pour perpétuer leur image dans le temps.

À trois reprise ce sont de valeureux Canadiens français qui sculptèrent et façonnèrent les différentes statues de Wolfe.

- En 1780 les deux frères Chaulette sculptèrent la première statue de Wolfe à la demande d'un bon mécène anglais.

- En 1901 une nouvelle statue de Wolfe est sculpté cette fois ci par le réputé Louis Jobin actuellement conservé au musée de la Citadelle.

- En 1894 une deuxième statue de Wolfe est sculpté par Louis-Philippe Hébert qui orne
actuellement la facade de l'Hotel du parlement.

Je trouve des exemples du genre chaque jours dans notre belle société Québéçoise. Plusieurs d'entre-nous avons oubliés qui nous étions avant l'arrivée des anglais.

Aujourd'hui nous sommes une poignées d'irréductible à crier et rager devant une gang de mouton à genoux qui ne veulent pas faire trop de bruit et surtout ne rien dire pour ne pas déranger notre grand frère d'Ottawa.

Ne rien dire, ne rien faire, ne rien revendiquer, laisser aller et attendre que l'on nous fasse la charité.